Dans la vie d’une femme, la grossesse et la maternité constituent un voyage inoubliable. Que vous abordiez votre accouchement avec sérénité ou un peu d’appréhension, il est indispensable de s’y préparer, ne serait-ce que pour découvrir que vous possédez en vous toutes les ressources nécessaires pour donner la vie.

Préparation à l’accouchement classique, en milieu aquatique, ou encore en chansons : l’important est de choisir une méthode qui vous ressemble et vous permettra de vous épanouir. Voici quelques pistes pour décider…

 CMS_page_se-préparer-a-accouchement

La méthode classique

Si cette méthode, qui s’appelait autrefois « accouchement sans douleur », est la plus ancienne, elle n’a en fait de classique que le nom. « Elle est bien différente des séances d’information pour femme enceinte », explique Benoît Le Goëdec, sage-femme et auteur de La préparation à l’accouchement, paru chez First Editions.

« C’est une méthode globale qui s’intéresse au psychisme, aux émotions et au physique de la future maman et qui lui donne des clés pour mieux se connaître et combattre ses peurs », précise-t-il. Les séances sont constituées d’un temps dédié à l’information et à l’échange sur la grossesse, l’accouchement et les suites de couches, et d’une partie pratique pendant laquelle vous travaillez des positions qui permettent de répondre aux modifications de votre corps, et de prévenir douleurs et déséquilibres.

Enfin avec ces cours, vous apprendrez à vous relâcher et à vous détendre seule, en travaillant la respiration et le mouvement de certains muscles.

Le yoga

Si vous avez toujours été attirée par le yoga, sachez que la grossesse est une période privilégiée pour s’initier. Une femme enceinte est particulièrement à l’écoute de son corps, attentive aux différentes positions et prête à s’ouvrir à de nouvelles expériences.

Pour Bernadette de Gasquet, médecin et professeur de yoga, « beaucoup de positions sont particulièrement adaptées à la grossesse : on travaille souvent couchées, à quatre pattes, accroupies. » Avec ces cours, on s’entraîne à respirer mieux, ce qui assure une bonne oxygénation au bébé et à son propre corps pendant l’effort.

L’accouchement est comparable à un exploit sportif : le yoga permet de comprendre comment s’économiser, maîtriser son souffle dans l’effort et la durée. Enfin, avec cette activité, on apprend à visualiser les mouvements avant de les faire, « ce qui est très utile pour se projeter dans l’accouchement et parvenir à trouver la meilleure position » souligne Mme de Gasquet.

L’haptonomie

L’haptonomie ou science de l’affectivité, nous vient des Pays-Bas, où elle a été conçue par Frans Veldman. Elle offre aux parents la possibilité d’établir un réel contact avec leur futur bébé, de jouer et de dialoguer avec lui bien avant sa naissance.

Dans cette préparation, le père prend toute sa place : il doit impérativement être présent lors des séances au cours desquelles il rentre en contact avec le bébé. La sage-femme lui apprendra également à adopter des postures de soutien pour la future maman tout au long de la grossesse et pendant l’accouchement.

Cette préparation, en mettant le toucher au cœur de sa pratique, permet aussi de mieux vivre la douleur : elle montre à la future maman comment prolonger la douleur afin de l’affaiblir, guidée par les mains de son compagnon.

La préparation aquatique

Les cours de préparation à l’accouchement en piscine, encadrés par un maître nageur et une sage-femme, offrent à la future maman de bonnes occasions de se détendre : elle se sent légère dans l’eau, et ne pense plus qu’au bébé qui bouge en elle.

« L’eau est un milieu enveloppant, et bien souvent, les futures mamans y sont assaillies par de nouvelles sensations et émotions », explique l’auteur de La préparation à l’accouchement. C’est pourquoi il est plus facile, lors de ces séances, d’aborder ensuite la symbolique de la naissance. Enfin, la sage-femme rappelle que c’est un excellent moyen de continuer à se muscler en douceur, d’entretenir sa souplesse articulaire et d’activer sa circulation sanguine.

Vous n’avez pas besoin de savoir nager pour profiter de cette préparation mais vous aurez à demander à votre médecin un certificat médical confirmant l’absence de contre-indication.

Le chant prénatal

S’épanouir en musique, quelle belle idée ! Le chant prénatal est un accompagnement à la naissance riche en bienfaits et en émotion. Il contribue à dynamiser les futures mamans tout en leur permettant d’évacuer les tensions accumulées.

« Avec les femmes enceintes, je travaille la posture et la respiration, deux choses qui leur seront utiles pendant toute la grossesse et l’accouchement » explique Emmanuelle Piganiol, professeur de chant et créatrice d’un atelier de chant prénatal et familial à Tours.

Les futures mamans découvrent pendant les cours la respiration abdominale et travaillent la tonicité de muscles dont elles n’avaient pas conscience : une façon de mieux accepter leur nouveau corps. A partir du 5 ème mois de grossesse, l’enfant entend les sons et tire bien sûr aussi un grand profit du bien-être de sa maman pendant ces séances !

Pour vous préparer à l’accouchement, vous pouvez aussi tenter :

- L’acupuncture, issue de la médecine chinoise ancestrale, se pratique au moyen d’aiguilles. Elle permet de renforcer l’immunologie de la future maman et de prévenir les difficultés de l’accouchement.

- La sophrologie, comparable à l’auto-hypnose, elle permet de rejoindre un état entre sommeil et conscience pour aborder paisiblement les différents moments de l’accouchement.

- La méthode Bonapace, une méthode venue du Canada qui travaille sur la douleur en associant différentes techniques (neurophyisologie, massages). Sa particularité est d’intégrer le futur papa et favoriser la mise en place de relation à trois pour mieux affronter la douleur.

Ils ont testé, ils ont aimé

La préparation classique

« Pendant les cours, j’ai appris des positions particulières qui permettent de mieux gérer la douleur. Mais, c’est surtout la technique de respiration que j’y ai apprise qui a été essentielle pour mon accouchement. Je l’ai suivie à la lettre de 8 h du matin, jusqu’à la délivrance à 17h : j’ai accouché sans problèmes et sans péridurale !
Agathe, maman d’Emma, 5 mois

Le yoga

« Les cours de yoga m’ont vraiment aidée à trouver une ouverture et une souplesse qui me faisaient défaut- et peut-être pas seulement sur le plan physique... J’ai aussi grâce aux postures travaillées, réussi à garder un dos droit et non douloureux pendant toute la grossesse. »
Sonia, 34 ans, maman de Romain, 1 an

L’haptonomie

« J’avais envie de m’impliquer dans la grossesse de ma femme. Dès les premières séances, il se passe quelque chose de fort, un échange avec le bébé. C’est une révolution totale, une nouvelle relation à la grossesse. Le père communique avec le bébé : celui-ci avait plus de capacité à m’entendre, et moi, davantage envie de lui parler. »
Benjamin, 35 ans, papa de Zeheva, 2 ans

Le chant prénatal

« A chaque séance, j’ai retrouvé, avant tout, le plaisir de chanter, d’exprimer mes émotions les plus profondes. Il y a aussi la joie unique de communiquer de l’intérieur avec son enfant, avec la certitude que les vibrations du chant vont l’apaiser. »
Nathalie, 35 ans, maman de Victor, 7 ans, Mathilde, 6 ans, et Albane, 3 ans

La préparation aquatique

« Je n’ai que des bons souvenirs de ma préparation. Je me sentais légère pendant les séances. Ça m’a vraiment bien préparée pour l’accouchement, notamment grâce aux exercices de respiration. »
Léa, maman Lucas, 6 mois