Et si je partageais mon lit avec bébé ?CMS_page_cododo

Le cododo, ça vous dit quelque chose ? C’est, tout simplement, le fait de dormir avec son bébé. Entre les adeptes du cododo, à qui la tétée nocturne ne fait plus peur, et ceux qui pensent que cette pratique nuit à la vie de couple, le débat est houleux ! Mais qui n’a pas eu envie, un jour au moins, de prendre son petit bambin en larmes dans son lit ?  Deux mamans et une professionnelle de l’enfance vous donnent leurs avis. Dormirez-vous désormais à deux ou trois ? A vous de faire ce choix !

Emilie, fervente partisane

« J’ai pratiqué le cododo avec ma fille. Tant que c’est un choix des deux parents, je le recommande. Ca change vraiment la vie lorsqu’on doit allaiter en pleine nuit. Et cela crée des liens très fort avec le bébé. Contrairement à ce que l’on entend, le cododo a aidé Luna à prendre confiance en elle. Se sentant en sécurité, elle est devenue plus rapidement autonome. Et nous ne l’avons jamais écrasée ! Nous savons qu’elle est dans le lit, et même en dormant nous faisons attention, c’est instinctif. » Emilie, 31 ans, mère au foyer, maman de Damien, 5 ans, et Luna, 3 ans, Amiens (80)

Isabelle, femme avant d’être mère

« Ce qui me gêne surtout, c’est que le cododo se fait au détriment de la vie conjugale. On est amants avant d’être parents, il ne faut pas l’oublier ! Les enfants doivent respecter l’intimité des parents. En plus, après avoir pratiqué le cododo, c’est très difficile de remettre l’enfant dans son lit, de lui apprendre à dormir dans sa chambre. Il a pris l’habitude d’être entouré de ses parents, et se sent délaissé une fois tout seul. Bien sûr il y a des exceptions, par exemple quand l’enfant est malade. » Isabelle, maman de Swan, 3 ans, Saint-Affrique (12).

Les réserves d’une pédiatre

« Le cododo devient vraiment problématique lorsque le bébé dort dans le lit parental avec un seul de ses parents. La jalousie classique de l’enfant a alors de grandes chances d’être renforcée. Un petit garçon qui partage le lit de sa maman alors que son père est en voyage, sera malheureux au retour du papa, parce qu’il se sentira exclu. Il fera en quelque sorte un Œdipe aggravé ! Pour ma part, je conseille aux parents d’habituer très tôt le bébé à s’endormir seul. Au moment de le mettre au lit, il faut être pleinement présent et apporter au bébé douceur et affection. Mais il faut partir avant qu’il ne s’endorme, pour éviter qu’il soit désorienté s’il se réveille seul au milieu de la nuit. » Françoise Delormas, pédiatre et directrice de l’association nationale de promotion des connaissances sur le sommeil, (PROSOM).

Le conseil Natalys

S’il n’y a rien de plus beau que de s’endormir avec bébé contre soi, il vaut mieux connaître les réserves émises par certains professionnels, au moins pour les anticiper. Chaque enfant est différent, et personne mieux que ses parents ne peut savoir ce dont il a besoin…